Sentir le grisou

Prix Amazon: EUR 9,49 (au 16 October 2017 6 h 37 min – Détails). Les prix des produits et leur disponibilité sont mis à jour régulièrement mais peuvent changer à tout moment. Veuillez vérifier SVP les prix et leur disponibilité sur le site Amazon au moment de votre achat. Pour cela cliquez sur \\\\\\\\\\\\\\\"Voir sur Amazon\\\\\\\\\\\\\\\"

L’artiste est inventeur de temps. Il façonne, il donne chair à des durées jusqu’alors impossibles ou impensables : apories, fables chroniques.

En ce sens pourrait-on dire qu’il « sent le grisou » de l’histoire. Mais comment sentir le grisou, ce gaz incolore et inodore ? Comment voir venir le temps ? Les mineurs, autrefois, utilisaient des oisillons en cage comme « devins » pour les coups de grisou : mauvais augure quand le plumage frémissait. Le frémissement des images ne pourrait-il pas, lui aussi, remplir cet office mystérieux ? C’est ce qu’on tente ici de suggérer à travers un libre commentaire de quelques images « remontées du fond de la mine » mais, surtout, de La rabbia, l’admirable film d’archives politico-poétique de Pier Paolo Pasolini.

Cinéma 1 – L’image-mouvement

Avis: 
Prix Amazon: EUR 12,99 (au 16 October 2017 8 h 12 min – Détails). Les prix des produits et leur disponibilité sont mis à jour régulièrement mais peuvent changer à tout moment. Veuillez vérifier SVP les prix et leur disponibilité sur le site Amazon au moment de votre achat. Pour cela cliquez sur \\\\\\\\\\\\\\\"Voir sur Amazon\\\\\\\\\\\\\\\"

Cette étude n’est pas une histoire du cinéma, mais un essai de classification des images et des signes tels qu’ils apparaissent au cinéma. On considère ici un premier type d’image, l’image-mouvement, avec ses variétés principales, image-perception, image-affection, image-action, et les signes (non linguistiques) qui les caractérisent. Tantôt la lumière entre en lutte avec les ténèbres, tantôt elle développe son rapport avec le blanc. Les qualités et les puissances tantôt s’expriment sur des visages, tantôt s’exposent dans des « espaces quelconques », tantôt révèlent des mondes originaires, tantôt s’actualisent dans des milieux supposés réels. Les grands auteurs de cinéma inventent et composent des images et des signes, chacun à sa manière. Ils ne sont pas seulement confrontables à des peintres, des architectes, des musiciens mais à des penseurs. Il ne suffit pas de se plaindre ou de se féliciter de l’invasion de la pensée par l’audio-visuel ; il faut montrer comment la pensée opère avec les signes optiques et sonores de l’image-mouvement, et aussi d’une image-temps plus profonde, pour produire parfois de grandes œuvres. Cet ouvrage est paru en 1983. Du même auteur : Cinéma 2 – L'image-temps (1985).