Le Festival de Cannes

Avis: 
Prix Amazon: EUR 7,99 (au 28 June 2017 3 h 44 min – Détails). Les prix des produits et leur disponibilité sont mis à jour régulièrement mais peuvent changer à tout moment. Veuillez vérifier SVP les prix et leur disponibilité sur le site Amazon au moment de votre achat. Pour cela cliquez sur \\\\\\\\\\\\\\\"Voir sur Amazon\\\\\\\\\\\\\\\"

" Quand on n'a pas grand-chose à y faire, le Festival de Cannes est une drogue dure de la jeunesse, elle donne l'illusion que l'on s'amuse au coeur du monde. C'est difficile de décrocher, ça prend du temps et ça demande des efforts mais je m'étais juré il y a quelques années que je n'y retournerais pas tant que je n'aurais pas un film à présenter ou un projet précis à défendre. Promesse à soi-même non tenue puisque je reviens afin de présider un jury d'enseignants et que je suis encore en train de me demander si ce n'est pas un prétexte pour me libérer de cet engagement secret. Après une longue abstinence que je n'ai pas mise à profit pour devenir le nouveau Spielberg, j'adopte le profit discret du cinéphile de base qui me permettra peut-être de surmonter la nostalgie des ambitions perdues et de faire la paix avec les regrets et les souvenirs. Il y en a tant qui remontent à la surface. "
Au-delà des paillettes du Festival, qu'en amoureux du cinéma Frédéric Mitterrand dépeint avec son regard à la fois ultrasensible et acéré, on retrouve le ton et le style si singuliers de La Mauvaise Vie.

Avis Clients

que c’est triste Cannes

Une personne a trouvé cela utile.
 le 13 décembre 2009
By clauderr
et qu’il est triste FM….

Tintin chez les starlets

Une personne a trouvé cela utile.
 le 5 octobre 2009
By Jacques B.
Président -en marge du grand festival-d’un sous-jury pour un sous =-palmarès ignoré par les médias;Frédéric Mitterrand raconte son séjour à Cannes au moment de la grande foire cinématographique.On savait l’auteur bon connaisseur de ce milieu qu’il semble aimer sans être dupe.Et l’on pénètre dans les coulisses de ce « bucher des vanités » avec en haut la mythique « montée des marches « devant 200 journalistes et dans les sous-sols du bunker le marché des films et les tractations financières.Avec ses phrases de dix lignes,Frédéric Mitterrand reprend l’inimitable rythme un peu haletant qu’il a popularisé à la télévision .Nonobstant,il s’agit – pour autant qu’on ait l’autorité d’en juger – d’une oeuvre de véritable écrivain . L’agitation de cette grande quinzaine des illusions n’étant pour lui que le décor d’une recherche,toujours recommencée de l’Autre sous ses différents déguisements.